22 Avr 2013

Poignante Juliette à Kirwan

Concours de chant. C’est à la jeune soprano Sayaka Takahashi qu’a été décerné le premier prix du Jury du Concours International de chant des Châteaux en Médoc,initié par Musique au Coeur du Médoc

Michèle MORLAN-TARDAT – Journal du Médoc

pho

C’est à Sayaka Takahashi, soprano, qu’a été décerné le premier prix du jury du Concours international de chant des châteaux en Médoc, initié par Musique au Coeur du Médoc.

Son interprétation d’une mélodie de Liszt et surtout d’un extrait de l’opéra “Roméo et Juliette” de Gounod a enthousiasmé le public.

Qui a dit que les Extrême-Orientaux ne manifestent pas leurs sentiments ? A la lecture du palmarès, la jeune japonaire a tout bonnement fondu en larmes… Déjà, lors de sa prestation, elle avait fait preuve d’une sensibilité remarquable dans l’interprétation de la médlodie de Franz Liszt “Oh! quand je dors…”, tout en nuances et en retenue, filant les notes aigües avec une apparente facilité et enrobant la mélodie d’une douceur caressante.

Mais c’est avec son interprétation de l’aria de Juliette “Amour ranme mon courage” dans l’opéra “Roméo et Juliette” de Charles Gounod qu’elle a démontré sa puissance dramatique, dans un chant poignant dont l’intensité s’inscrivit sur son visage à l’issue de la dernière note; C’est avec une technique savante dont d’autres avaient fait la démonstration, que cette émotion a réalisé la différence, galvanisant un auditoire, saisi lui aussi d’un grand frisson, et qui a à peine attendu cette dernière note pour l’ovationner.

Japonaise de trente ans, Sayaka étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, en année préparatoire de concertiste, avec Mireille Alcantara, son professeur.

Elle était l’une des onze demi-finalistes d’un concours qui, désormais, est reconnu sur le plan national par sa qualité, comme le soulignaient Elizabeth Vidal et André Cognet, ses organisateurs depuis maintenant 6 ans. Avec les autres éminents membres ud Jury, ils ont distribué neuf distinctions après des délibérations pendant lesquelles le public a pu se régaler du trio”Les quilles” de Mozart, au célèbre 3ème mouvement, ainsi que d’une mélodie roumaine interprétés par Eva Cusmir, piano, Jean Marie Juan, clarinette et Yves Tastet, alto.

L’émotion était donc au rendez-vous, dans la belle orangerie du Château Kirwan, où un cocktail a réuni concertistes et public dans un brouhaha témoignant de l’intensité des sentiments suscités par les prestations des artistes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[top]